Jouffroy Sarl | Conseil et équipement 

Onglets principaux

    L'ensemble de l'eau boueuse du site (jusqu'à 300 m3/h.) est rassemblé dans un puits de relevage avec, si le site est étendu géographiquement, le recours à des puits auxiliaires pour limiter la pente des caniveaux.

    L'eau boueuse est relevée dans le silo décanteur avec ajout de floculant dosé automatiquement par une pompe doseuse. La contenance du puits ainsi que la configuration des pompes sont étudiés de façon à ce que l'eau boueuse puisse rester au repos dans le silo le temps nécessaire (valeur déterminée par une analyse) à la floculation de la boue et son dépôt dans le cône.
    Par sur-verse, l'eau clarifiée est disponible soit pour l'alimentation directe des machines soit pour son stockage dans un silo ou un bassin.

    La boue du cône retenue par une vanne pneumatique est évacuée soit par sacs d'égouttage soit dans une cuve d'accumulation des boues avant compactage par le filtre - presse qui commande l'ensemble du cycle.

    Voir l'animation

    Silo de décantation monolithe OMD 100 diamètre 4,2 mètres

    L'ensemble de l'eau boueuse du site (jusqu'à 300 m3/h.) est rassemblé dans un puits de relevage avec, si le site est étendu géographiquement, le recours à des puits auxiliaires pour limiter la pente des caniveaux.

    L'eau boueuse est relevée dans le silo décanteur avec ajout de floculant dosé automatiquement par une pompe doseuse. La contenance du puits ainsi que la configuration des pompes sont étudiés de façon à ce que l'eau boueuse puisse rester au repos dans le silo le temps nécessaire (valeur déterminée par une analyse) à la floculation de la boue et son dépôt dans le cône.
    Par sur-verse, l'eau clarifiée est disponible soit pour l'alimentation directe des machines soit pour son stockage dans un silo ou un bassin.

    La boue du cône retenue par une vanne pneumatique est évacuée soit par sacs d'égouttage soit dans une cuve d'accumulation des boues avant compactage par le filtre - presse qui commande l'ensemble du cycle.

    Voir l'animation

    Cône de silo de décantation

    L'ensemble de l'eau boueuse du site (jusqu'à 300 m3/h.) est rassemblé dans un puits de relevage avec, si le site est étendu géographiquement, le recours à des puits auxiliaires pour limiter la pente des caniveaux.

    L'eau boueuse est relevée dans le silo décanteur avec ajout de floculant dosé automatiquement par une pompe doseuse. La contenance du puits ainsi que la configuration des pompes sont étudiés de façon à ce que l'eau boueuse puisse rester au repos dans le silo le temps nécessaire (valeur déterminée par une analyse) à la floculation de la boue et son dépôt dans le cône.
    Par sur-verse, l'eau clarifiée est disponible soit pour l'alimentation directe des machines soit pour son stockage dans un silo ou un bassin.

    La boue du cône retenue par une vanne pneumatique est évacuée soit par sacs d'égouttage soit dans une cuve d'accumulation des boues avant compactage par le filtre - presse qui commande l'ensemble du cycle.

    Voir l'animation

    Cuve à boue, station automatique de floculation, pompe à boue

     



     

    Installation de recyclage d'eau boueuse : principe

     

    Silo de stockage et  silo de décantationRecueil de l'eau clarifiée par sur-verse et retour par gravité

    L'eau clarifiée peut être stockée dans un silo d'eau claire alimenté par sur-verse du silo de décantation afin d'assurer la distribution en eau, par gravité, à l'ensemble du site sans le recours à une pompe de relance (si la section des canalisations le permet). Ce point mérite une considération toute particulière si on retient que, pour une installation avec un débit de 1.500 litres, l'économie d'énergie électrique peut représenter environ 30.000 kW annuel, sans compter la maintenance des pompes.

     

     

     

     

     

    Cuve d'accumulation et deshydratation des boues par filtre presse

    Les boues accumulées au fond du silo sont collectées dans une cuve équipée de sonde de niveau et d'un agitateur pour être ensuite poussées par une pompe dans le filtre-presse, constitué d'une batterie de panneaux filtrants maintenus comprimés entre eux (pour l'étanchéité) par un puissant vérin hydraulique.
    Progressivement les boues comprimées se deshydratent par les toiles du filtre-presse jusqu'à ne plus conserver que 22 à 25% d'humidité. Noter que l'eau recueillie du filtre-presse doit retourner au puits de relevage et ne peut être considérée comme directement utilisable par les machines.
    Après un temps de pressage de 10 à 30 minutes selon leur consistance, les boues sont relâchées des panneaux filtrants dès que le cycle de compactage a détecté leur consistance optimum, mesurée par l'absence d'eau libérée au pressage. L'évacuation des boues sera faite selon la quantité considérée et la fréquence des enlèvements.

     

    Station de préparation de floculant automatiqueAutomation du groupe de floculation

    La station de floculation peut être automatisée pour deux fonctions : la première est celle de préparer la solution à partir de sac de 25 kg et la seconde de l'ajouter à l'eau boueuse relevée par la pompe ; ainsi, la solution de floculant peut être automatiquement préparée à partir des sacs de floculant solide ; le bon dosage de solution sera d'injecté par pompe directement dans la conduite verticale du décanteur (0,2 à 0,5 / 1000 L).

     

     

     

    Voir l'animation

     

     

     

     

    Décantation clarification ou filtration

     D’abord il faut bien distinguer les installations de filtration de l’eau, des installations de décantation/clarification de l’eau adoptées par nos métiers de la pierre. Le volume traité étant souvent très important, il n’est économiquement pas envisageable de traiter l’eau par filtration, technique qui requiert des dispositifs de filtrage complexe.
    Pour le simple recyclage de l’eau des effluents boueux de notre industrie de la pierre, l’eau est clarifiée par une décantation qui peut être plus ou moins de qualité selon la configuration des installations qui malheureusement pêchent souvent par sous-dimensionnement.
    Pour ce qui regarde les éléments bactériologiques qui se développent et subsistent dans le circuit, on doit s’interroger sur cette pollution bactériologique qui vient difficilement du monde minéral d’où est tirée la pierre : il s’agit plus facilement d’une contamination ultérieure soit des bassins de décantation à l’air libre et non sécurisé, soit, sans vouloir m’étendre sur le sujet, de l’atelier lui-même : dans ce cas, un traitement par UV est économiquement peu envisageable en raison des débits d’eau considérés ; il reste plus facile de contrôler l’installation et la façon de l'utiliser !

     

    Qualité de la décantation

    Les particules colloïdales en suspension dans l’eau constituent un réel problème pour les nouveaux équipements de pointe (contrôle numérique) souvent équipés de joints graphites ; ces boues extrêmement fines se rencontrent principalement lors du travail des marbres et granits colorés, surtout lorsque les effluents sont peu chargés. En effet il est plus difficile de décanter les effluents des marbriers que ceux des producteurs de pierre dons les effluents sont chargés à plus de 3-4%.
    Il convient d’étudier le floculant employé et le compléter si besoin est d’un coagulant primaire (AlSo²) dosé en quantité infinitésimale. Ceci réduira la presque totalité des particules colloïdales qui pourront alors aisément être éliminées avec un filtre à cartouche.
    Il faut souligner ici l’importance du floculant qui généralement est de piètre qualité et fortement chargés en chlorure.

     

     

    Analyse préliminaire

    Avant toute installation, nous faisons pratiquer un échantillonnage de l’eau pour vérifier l’efficacité du floculant et surtout le temps de sédimentation ;  son importance est primordiale si on considère que cette valeur commande le dimensionnement de l'installation.

     

    Retour sur investissement de l’installation

    On peut s’interroger sur l’absence d’intérêt que les professionnels de la pierre portent au traitement et au recyclage de l'eau, alors que pour la majorité d’entre eux, celle-ciconstitue, au même titre que l’électricité, une nécessité pour leur activité.
    Qui a comptabilisé toutes les micro-pannes et arrêts d’usine dus aux défaillance de décantation ou de pompe ?
    Arrêts dûs aux manques de pression, aux impuretés obstruant les électrovannes des machines, aux curages des fosses et caniveaux ...
    Tout cela représente une énorme dépense de temps et d’énergie, qui pourraient à 90% être évitée par un bon dimensionnement et une gestion raisonnée du recyclage de l'eau.

    Mentions légales | Plan du site |  

    SARL JOUFFROY - 55, Chemin Antoine Pardon - 69160 Tassin la Demi-Lune - Tél. 04 78 34 22 62